Connexion

SIte de Jean Louis Couturier

Display this website in english

Robert CLÉRISSE (1899-1973)

ESCADRON DE CHASSE "Normandie-Niemen"

 


 



Avec la disparition du colonel Roland Paulze d’Ivoy de la Poype, décédé le 23 octobre 2012 à l’âge de 92 ans, la Nation perd l’un des derniers grands as de la chasse française.


Dès l'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940, Roland de la Poype avait rejoint à Londres les Forces Françaises Libres. Il avait 20 ans.
Roland de la Poype, ancien pilote du régiment de chasse de l’armée de l’air « Normandie-Niemen » était l’un des compagnons de la Libération les plus décorés. Avec son camarade et frère d’armes, le pilote Marcel Albert (disparu en 2010) ils détenaient tous deux, la rare distinction conjointe de compagnon de la Libération et de héros de l’Union soviétique.

… Un peu d’histoire :


Né de la volonté du général de Gaulle, le groupe de chasse « Normandie » fut créé le 1er septembre 1942 à Rayak en Syrie. Dès lors, il prit les armoiries de la Normandie : deux léopards d’or passant sur fond de gueule.
Le groupe, placé sous le commandement du commandant Pouliquen est alors constitué de 11 pilotes aguerris et de 47 mécaniciens. Le 12 novembre 1942, le « Normandie » fait mouvement, via Bagdad et Téhéran, sur le front de l’Est,  alors que la bataille de Stalingrad fait rage. Il intègre le 1er décembre de la même année le centre d’entrainement de la chasse soviétique, situé à 250 kms de Moscou, et commence aussitôt son apprentissage sur l’avion de conception soviétique, le chasseur YAK 1.
Le groupe de chasse « Normandie » intègre la première armée aérienne soviétique en mars 1943. Quelques jours plus tard, le lieutenant Preciozi ouvre le palmarès du groupe en abatant le premier avion allemand.  Du 13 au 17 juillet 112 missions de guerre sont effectuées, totalisant 17 victoires aériennes, au prix d’un lourd tribu avec 9 pilotes portés disparus. En septembre 1943, le groupe de chasse s’équipe du YAK 9 et reçoit le renfort de nouveaux pilotes français.

Le 22 septembre 1943, les 10 pilotes du groupe remportent 9 victoires, sans perte du côté français. Par décret du 24 septembre 1943, le général de Gaulle décerne la Croix de la Libération au groupe de chasse « Normandie » . Après une année de campagne, le « Normandie » totalise 77 avions ennemis abattus,  9 probables et 16 endommagés.
En juin 1944, l’offensive russe reprend de plus belle. Le fleuve Niemen est franchi. Le maréchal Staline publie un arrêté attribuant le nom de « Niemen » aux unités qui se sont le plus distinguées. Dès le 23 juin, le groupe sera désigné sous le nom de « Normandie-Niemen ».
L’offensive contre la Prusse Orientale débute le 16 octobre 1944 par des combats particulièrement acharnés. En une seule journée 120 missions de guerre sont effectuées avec 29 victoires aériennes pour le « Normandie-Niemen », qui est à présent une légende vivante sur le front.
Le groupe combat avec ténacité jusqu’à la capitulation de l’Allemagne. Il rejoindra ensuite Moscou, alignant le plus beau palmarès de la chasse française avec 273 victoires aériennes homologuées, 37 probables, mais lourd du deuil des 46 pilotes tués ou portés disparus sur les 5249 missions de guerre réalisées lors de la campagne de Russie. (Roland de la Poype totalisa à lui seul 14 victoires aériennes, au commande de son YAK décoré d’une gueule de requin).


Au regard de ce glorieux passé, il est aisé de comprendre pourquoi, aujourd’hui encore en Russie, l’image des héros du régiment de chasse « Normandie-Niemen », tous décorés (dont quatre élevés au titre suprême de héros de l’Union soviétique. Roland de la Poype fut le premier militaire français à recevoir cette diginité.) reste particulièrement vivace,  l’épopée du groupe faisant partie intégrante des cours d’histoire dispensés aux enfants. (La ville de Moscou compte à elle seule six établissements scolaires portant le nom du groupe de chasse « Normandie-Niemen »).

Le 20 juin 1945, les 14 YAK du groupe, offerts à la France par Staline, se posent au Bourget, sur le sol de la France libérée.

Le « Normandie-Niemen » participera ensuite aux opérations d’Indochine (1949), puis d’Algérie (1951). A la fin des événements (1962), le groupe fait mouvement sur la Base aérienne d’Orange où il est équipé du Vautour II N. En 1966, l’Escadron de Chasse « Normandie-Niemen » prend ses nouveaux quartiers sur la Base aérienne de Reims, équipé du nouvel avion de Dassault : le Mirage F1 C.
En 1993, il reçoit affectation sur la Base aérienne de Colmar, équipé désormais du Mirage F1 CT.
Le 03 juillet 2009, l’escadron est officiellement mis en sommeil.
Avec l’arrivée de l’avion Rafale, fleuron de l’armée de l’air, l’escadron de chasse « Normandie-Niemen » est recréé sur la Base aérienne de Mont-de-Marsan en août 2011.

Le 14 septembre 2012, à Mont-de-Marsan, l’armée de l’air commémorait le 70ème anniversaire du régiment de chasse 2/30 « Normandie-Niemen » en compagnie d’une importante délégation d’aviateurs russes, dont quelques illustres vétérans, marquant ainsi le souvenir de ce qui à ce jour demeure l’un des plus puissants symboles de la fraternité d’armes entre la France et la Russie.

Et la musique dans tout ça… ?

En 1953, le général de Gaulle demande à l’Union soviétique le rapatriement des corps des équipages disparus lors de la campagne de Russie.
Le 13 mars 1953, un hommage national est rendu aux dépouilles des équipages du « Normandie-Niemen », en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris.

 

Pour cette occasion particulière, le commandant Robert Clérisse (1899-1973), chef de la Musique de l’air  (1946/1955) compose un témoignage musical. La « Sonnerie Funèbre » est ainsi créée par la Musique de l’air, sous la direction du compositeur.


Commandant Robert Clérisse.


Cette partition qui s’apparente à une fanfare héroïque d’une trentaine de mesures, comporte trois parties de trompettes d’ordonnance, deux timbales, et un pupitre de tambours (voilés).
La partition de cette « Sonnerie Funèbre » est demeurée inédite, et ne figure dans aucune archive ou catalogue.
Par chance, Robert Goute, dont on connait l’intérêt pour tout ce qui touche au patrimoine musical, détenait un exemplaire du précieux manuscrit, ayant lui-même participé de façon directe à la création de l’œuvre.

Cette composition a été depuis gravée numériquement. La partition qui risquait d’être perdue a été communiquée en 2012 - anniversaire oblige - au Service Historique de la Défense, qui en assure désormais la conservation. A ma connaissance, depuis sa création en 1953, cette composition originale n’a pas été exécutée depuis, de manière officielle.

 

(La partition est dédiée au Colonel Louis Delfino : ancien commandant du Régiment Normandie-Niemen, as totalisant seize victoires homologuées et quatre probables, cité à quinze reprises.

Elevé au rang de Général d'armée aérienne le 1er janvier 1964, il est appelé au poste d'Inspecteur Général de l'armée de l'air.

Grand-Croix de la Légion d'honneur, le Général d'armée aérienne Louis Delfino reçoit l'hommage de la Nation lors de ses obsèques célébrées aux Invalides, le 17 juin 1968).


major Jean-Louis Couturier

© Octobre 2012.


Robert CLÉRISSE :

 


Robert, Lucien, Pierre Clérisse, chef de musique de 1ère classe (Capitaine) du 26ème Régiment d'Infanterie (Périgueux) est nommé chef de la Musique de l'air, à compter du 1er juillet 1942, alors que l'unité est repliée à Toulouse, en zone libre. Durant cette période, la Musique est maintenue en activité sous l'appellation de "Musique des Oeuvres de l'Air" se consacrant exclusivement aux oeuvres sociales de l'Air; De ce fait, le personnel musicien est démilitarisé. Durant cette période, la formation hébergée au studio de la radio "Toulouse-Pyrénées" donne notamment 3 à 4 concerts mensuels radiodiffusés. Chaque concert se termine imperturbablement par une vigoureuse "Marseillaise".

Nommé chef de musique hors classe le 15 juin 1944, le Commandant Clérisse assure le transfert de la Musique de l'air à Paris, dès le 18 octobre 1944.

Pasionné par l'orchestre d'harmonie, Robert Clérisse réalisa de nombreuses transcriptions qui firent autorité. Fine baguette, le répertoire de prédilection de R. Clérisse s'incarna dans la musique du XX° Siècle : R. Strauss, Debussy, Chabrier, Ravel, Ibert, Chausson,Stravinsky, Ropartz, Sauguet,  etc.

Le Commandant Clérisse quittera la Musique de l'air le 1er novembre 1955. Il se retira alors en Suisse où il dirigera l'harmonie de la ville de Sion.

Officier de la Légion d'honneur, Robert Clérisse, décèdera à Monaco le 1er janvier 1973, des suites d'une intervention chirurgicale.

On lui doit de très nombreuses compositions instrumentales dédiés aux vents, ainsi que plusieurs marches militaires, dont "Guynemer", défilé officiel de l'aviation.




→ Robert Clérisse :

"Polacca" pour Trompette et Orgue






Paris - Musique de l'air (1948).

direction : CDT Robert Clérisse - Tambour-Major Maurice Bonnard.


 
Site hébergé par Websailors - Mentions légales
Créé avec Shopsailors